Philibert de l'Orme
(Premiere Tome): Le premier tome de l'architecture de Philibert de l'Orme: Conseillier Et Avmosnier ordinaire du Roy, & Abbé de S. Serge lez Angiers. — Paris, 1568

Page: 24
Citation link: 
http://tudigit.ulb.tu-darmstadt.de/show/31-A-104/0025
License: Creative Commons - No rights reserved (CC0)
0.5
1 cm
facsimile

I

Aux Lecteurs beneuoles Salut


L me foutiient vous auoir promis au liure
que i’ay faiét imprimer de la nouuelle In-
uention pour bié baftir &C à petits frais, dé-
dié à la Maiefté denoftre trefchreftien &C
tresbon Roy CHARLES, que fi ie voy-
ois fadiéte Maiefté auoir quelque conten-

Nouuelle In-
uetion de l'an
tement de mes labeurs, &C prendre plaifir teur dedieem
-à. A 1 r \ Ci '
trejchrejtien
Roy Charles,

à ce que i’efcris, ie m’efforcerois de met-
tre en lumière plufieurs autres belles œu-
ures & inuentions, Iefquelles i’ay méditées &; pratiquées de lôg
temps, pour la décoration de fon Royaume, &C illuftration de
noftre Architecture. Ayant doncques veu &£ aufîi entendu que
fa Maiefté y prenoit plaifir, comme aufli cellede laRoyne,fa
trefprudente treflage mere, auec les Princes & grands Sei-
gneurs , &; encores que les Princes eftrangiers & toutes perfon-
nes de bon efprit auoient contentement de telle inuention, &C
qu’on retiroit vn. grandiftime proufitde fon vfage ( ainfi qu’il fc
voit par expérience en diuers lieux, &: fignamment aux pays ou
il y a pénurie &I neceflité de boys à faire charpéterie ) i’en loüay
Dieu le créateur beaucoup de fois, pour la doubte que i’ay tout
ioursdemoy, &demescapacitez. Proteftant que fil fefttrou-
ué quelque chofe d’efprit à la fufdiéte inuention, ou fil y a quel-
que fcintille de fçauoir &C artifice en moy, de bon cueur &C fran-
chement ie le recognois procéder de l’immenfe largeftedece T°t*tbien,fç<t
rand Pere eternel qui diftribue à vn chacun telles grâces que
uyplaift. Lequel iefupplie treshumblement me donner la fa-
ueur&C moiende touftourspouuoir faire chofe qui luy foit a-
greable, proufitable au bien publicque &C à la pofterité, auec-
ques continuation de ma bonne volunté, qui ne tend à autre fin
que de diftribuer aux hommes le talent qu’il luy a pieu me pre-
fter oCtroyer: aux hommes, dis-ie, qui ont les âmes bon-
nes, l’efprit prompt à bien dire, le iugement entier &£ fain, &: le
fçauoir fans aucune arrogance &£ enuie contre les vertueux &C la
vertu. De ceux la certainemét ie m’afïeure eftrebié receu, &£ te-
nu en telle réputation que leur fageffele iugera: & tels leurs
femblables m’exciterot de faire entédre droiCtemét l’art &I mé-
thode de proprement dreffer, planter, & conduire toutes for-
tes de baftimentz, fuyuant les dimenfions, fymmetries &I me-
fures qu’on leur doit donner, auecquesles ornementz, &£ au-

uotret o-races
O
procéder de
Dieh.

a


loading ...

DWork by UB Heidelberg
Universitäts- und Landesbibliothek Darmstadt   |    Imprint   |    Datenschutzerklärung   |    OAI   |    RSS   |    Twitter   |    seo-list