Philibert de l'Orme
(Premiere Tome): Le premier tome de l'architecture de Philibert de l'Orme: Conseillier Et Avmosnier ordinaire du Roy, & Abbé de S. Serge lez Angiers. — Paris, 1568

Page: 281
Citation link: 
http://tudigit.ulb.tu-darmstadt.de/show/31-A-104/0282
License: Creative Commons - No rights reserved (CC0)
0.5
1 cm
facsimile
V

Theatre de
M. Scjuras
au mont Pa-
latin.

LIVRE V. DE L’ARCHITECTVRE
& parties des colomnes defquelles les anciens auoient couftume
orner & enrichir leurs baftiments, ainfi que les hiftoires en font
mention,&: fignamment ce grand &C incomparable Pline, fecre-
taire &C greffier du confeil priué de dame Nature,par lequel nous
fournies enfeignez que Marcus Scaurus eftant Edile à Rome fit
venir trois ces & foixante colones de marbre,pour faire vn théâ-
tre au mot Palatin de bien petite durée, car à peine deuoit il eftre
vnmoisenvfage. Contre l’orcionnance desloix il fut des pre-
miers qui feirent voir à Rome les colomnes de marbre, fans que
iamais on luy en dift mot, par quelque fupport &C diffimulation,
& aulïi que c’eftoit pour donner plaifir au peuple. Toutesfois le-
dit Scaurus ne fut le premier qui fit venir defdiétes colomnes à
Rome, car on voit au troifieme chapitre du xxxvj.liure dudit Pli
ne, comme log temps au parauant, Lucius CrafTus ce grand ora-
teur auoit ennchy fa maifon qui eftoit au mont Palatin de fix co-
lomnes,defquelles le marbre auoitefté tiré du montHymettus,
qui eft en la contrée d’Athenes, & n’auoient lefdides colomnes
que douze pieds de hault.Pour raifon defquelles Marcus Brutus

z. Crajfut appellaledit CrafTus, Venus Palatine,entre autres propos faf-
dppclle Venus
Palatine, &
pourquoy.

cheux qu’ils eurent enfemble. En quoyonpeult voir que défia
de ce temps la, l’ancienne difcipline & feuerité Romaine eftoit
perdue ou abâtardie, que pour raifon de ce, on ne difoit mot
de toutes ces fuperfluitez.Mais depuis les homes fe font bien dé-
bordez & deprauez d’auantage: de forte qu’ils efloient encores
trop plus modeflesencetemps la, que Ion n’cfl auiourd’huy.Car
on verra à l’oeil,& fe trouuera que les Papes,Empereurs,Roys
grands feigneurs, ne font aucunes magnifiques excellences en
leurs chafleaux 6c palais,foit en ornements de marbres ou incru-
flations, en belles chambres, beaux iardins, meubles exquis &c

' L O m O J
autres n’en vueillét auoir le femblable, auec tres-folles defpen

Vn chacun riches, q ue incontinent les gentilshommes, bourgeois,officiers,
Vouloir imi- - '
filenc^fes" autant demefurées que ceux qui les font. le ne dy pas qu’il
grands [ci- ne faille baflir proprement pour la décoration des villes, &C fum-
gneurs. ptueufemcnt félon les facultez &C qualitez d’vn chacun, auec or-
nements modefles 8>C competents, ainfi qu’il fe voit en plufîeurs
villes de noftre France & d’autres nations &C republiques bien
policées &: reforméesunaisfur toutie ne voudrois qu’on baftift
à l’imitation & façon des anciés Roys d’Egypte, qui faifoient de
merueilleufes exceffiues defpenfes, pour la ftru&ure de leurs
pyramides,à fin d’y occuper le peuple eftant en oyfiueté bien fou
uent feditieux &C rebelle, 6C auffi à fin que ceux qui fuccedoient
à leur couronne,ou autres qui afpiroient au Royaume d’Egypte,

»
loading ...

DWork by UB Heidelberg
Universitäts- und Landesbibliothek Darmstadt   |    Imprint   |    Datenschutzerklärung   |    OAI   |    RSS   |    Twitter   |    seo-list