Hinweis: Ihre bisherige Sitzung ist abgelaufen. Sie arbeiten in einer neuen Sitzung weiter.

Blondel, François
Cours d''architecture (1-3) — Paris, 1675

Seite: 92
Zitierlink: 
http://tudigit.ulb.tu-darmstadt.de/show/gr-Fol-6-402-1/0297
Lizenz: Creative Commons - No rights reserved (CC0)
0.5
1 cm
facsimile

COURS D’ARCHITECTURE

Livre VI.

Chap. I.
LIVRE SIXIE'ME.
CORNICHES.

Vitruve.

c;h ap itr e i.
Corniche Tofcane.
U a N T aux Corniches qui eft ce qui nous refte à ex-
pliquer fur la matière des entablemens , nous avons
premièrement a confiderer que Vitruve dans l’expli-
cation de fon ordre Tofcan dit qu’au deflus du mur
^ qui fert de frife,, il faut faire traverfer les mutules, avec
a?Wtruve tü fiîS d?la hauteur des Colonnes. Ce qui eft extrêmement ob-
figure^dêr Sumies ^cur non feulement au fujet de la faillie dont il parle qui feroic
T^ofcanc Coxnichc monllrueufe fi on la donnoit aux modifions, mais même pour la
figure des mutules, dont nous ne voions aucun exemple y ny dans
l’antique ny dans les delfeins des Architedes Modernes.
Quelques Interprètes ont entendu, ce qu’il dit de la faillie des mu-
tules, pour toute la hauteur de l’entablement * Et Scamozzi veut que
Explication de ces modifions faillans , foient les telles des poutres qui portent lur
Seamozzi. jes ç0ionnes & que vitruve fait recouvrir de tables. Et c’eft pour
ce fujet que, comme nous avons dit cidevant , il met dans la frife
Tofcane des tables en façon de triglyph.es au deflus des Colonnes.
Il eft vray que, le même Scamozzi , lorfqu’il donne les mefures
des Entrecolonnes de cet Ordre & de la largeur des Arcs, dit en di-
vers endroits qu’il y auioit certain nombre d’efpaces pour les mo-
m oâuionsZ a anT les dillons, fi l’on en vouloit mettre dans les Corniches: Il pafoift même
comehesTofeanes. par le calcul de fes mefures , que ces modifions auroient mod. i jy
de diftance de milieu en millieu aux Colonnates qui n’ont point de
piedeftal, & mod. i£, c’eft à dire peu plus de mod. lj à ceux qui
font fur des piedeftaux, de forte que faifant les intervalles entre les
mutules doubles de leur largeur de front, il faudroit que la Corni-
ches au deflous de la bande des modifions euft de faillie au delà du
vif de la frife, mod. fi, où p. 27-quand il n’y a point de piedeftal &
mod. Lt > où prez de p. 24 lors qu’il y en a. Mais fi les intervalles avoient
feulement une largeur & demie du front du mutule, au premier cas la
Corniche fous la bande des modifions auroit de faillie mod. j-J,où
zj^Et au lecond cas mod.fi^où prez de p.u. Suppofant toûjours qu il y
euft
loading ...

DWork by UB Heidelberg
Universitäts- und Landesbibliothek Darmstadt   |    Impressum   |    Datenschutzerklärung   |    OAI   |    RSS   |    Twitter   |    seo-list