Blondel, François
Cours d''architecture (4-6) — Paris, 1683

Page: 603
Citation link: 
http://tudigit.ulb.tu-darmstadt.de/show/gr-Fol-6-402-2/0315
License: Creative Commons - No rights reserved (CC0)
0.5
1 cm
facsimile


I

QJJ ATRIEME PARTIE. co3
Jf*-******--***-*-*-*** ******* ^ =4c 3fc ^c =*: ajc 3f;
****************************** *
LIVRE D O U Z I E M E.
OUVRAGES PUBLICS DE PARIS.

CHAPITRE PREMIER.
’ E S T icy le lieu , ce me femble, où il n’eft pas hors
de propos de donner quelque raifon des Ouvrages
publics, qui fe lont faits depuis quelques années dans
cette Ville de Paris ; dans la conftrudtion defquels,
ou au moins de la plus grande partie , Meilleurs les
Prevoft des Marchands & Efchevins, m’ont fait l’hon-
neur de vouloir que mes defleins ou mes confeils fulTcnt exécutez.
Ce qui devroit apparamment m'empéchcr d’en parler avec cloge,
par l’intcrell que je fuis obligé d’y prendre : Quoique l’on puilfe
dire avec venté, que ces Ouvrages ne font pas indignes, ny de la
grandeur de de la dignité de la Ville de Paris, la plus grande de
l’Univers de la Capitale du plus floriffant Eftat du monde ; ny de la
magnificence des Bâtimens Royaux ; ny uc la majefié d’un li grand
Empire ; ny enfin de la gloire de de la félicité du régné de LOUIS
LE GRAND. Surquoy je ne fçaurois m’empêcher de dire qu’d
feroit à louhaitcr pour 1 honneur de ces Meilleurs qui les ont fait
entreprendre , qu ils puffent faire encore voir la véritable image de
l’état où les lieux fc trouvoient auparavant, afin de pouvoir faire la
coin p a raifon de l’un de de l’autre, de par leur différence faire conoî-
tre le prix de futilité de ce qui s’eft fait ; parce que les biens de les
avantages que l’on reçoit à prêtent de ces nouvelles conltruéhons,
font de la nature de ceux que l’on ctVime moins par la j oui fiance que
l’on ne les regrette dans la privation : à l’exemple de la fente dont nous
ne connoilTons jamais mieux le prix, que lorlque nous tommes tom-
bé malades.
Car fans m’arrêter àdifçourir tur ce qui s’ctt fait de nouveau pour
PélargifTement des Riies les plus partantes, dans lefquelles il y avoit
des embarras perpétuels, de qui prefentement nous donnent la li-
berté du partage de de la communication des principaux Quartiers ;
pour la conitruéhon des Quays fur la Riviere , afin de la contenir
dans l’étendue de tes bords i pour celle des nouveaux Ports ; de pour
l’agrandirtement'des anciens,qui fervent à la décharge des marchan-
Nnnnnnn ij



Livre XII
Chap. I.

Les Ouvrages pu-
blics qui fe font faits
depuis peu a Paris,
ne font pas indignes
de la grandeur de la
Ville, ni du règne de
Luiiis le Grand,

Leur beauté & leur
utilité en paroifboïc
davantage s’ils pou-
voient cftrc compa-
rez a l’c/lat où
eftoient cv-dcvane
les lieux où ils (ont
bâtis.

Elargiflcment des
Rues.

Quays fur la Rivière
Conllruétion de
nouveaux Ports <5c
agrandiflement des
anciens.
loading ...

DWork by UB Heidelberg
Universitäts- und Landesbibliothek Darmstadt   |    Imprint   |    Datenschutzerklärung   |    OAI   |    RSS   |    Twitter   |    seo-list