Blondel, François
Cours d''architecture (4-6) — Paris, 1683

Page: 672
Citation link: 
http://tudigit.ulb.tu-darmstadt.de/show/gr-Fol-6-402-2/0384
License: Creative Commons - No rights reserved (CC0)
0.5
1 cm
facsimile
Livre III.
Chat. II.

Les marches des
Temples doivent
dire en nombre
impair.

La hauteur entre 9
& 10 pouces.
La largeur entre un
pied & demi & deux
pieds.

Difficulté* du Texte
de Vitruve.


Explication de Phi
lander.

<>72,

COURS D’ARCHITECTURE.


^.^xvvvX"
*. •. V •. -r-f_
;“T
-:4-XV--.vF “t

quatre depuis le pied de la ligne a
plomb jufquà celuy de la rampe.
C’eit à dire que la hauteur perpen-
diculaire A B efiant divifée en p.3,
fi l’on en donne p.4 à la longueur
du pied fur le niveau AC, la ligne
de la rampe C B en aura p. 5, 6c les
degrez, qui par ce moyen auront-
en hauteur les ^ de leur giron, fe-
ront au rapport de Vitruvc dans r
leurs jufles mefures , 6c la montée n’en fera pas trop rude.
Au troifiéme Chapitre de fon troifiéme Livre , il dit que lorfque
l’on fait des degrez fur le devant des Temples, il faut avoir foin
de les mettre toujours en nombre impair , afin que commençant à
monter par le pied droit, on fe trouve du même pied fur le haut
de l’entrée du Temple. La hauteur de chaque marche qu’il appelle
Craffitudincs , ne doit , dit-il , ellre jamais plus grande que de dix
pouces ny plus petite que de neuf -, Et leur largeur qu’il appelle
retraiïiones graduum jamais moins d’un pied 6c demi 6c jamais plus
de deux pieds. Il faut, dit-il, garder les mêmes mefures lorfque Ion
veut me ttre des degrez tout à l'entour du Temple.
Ce mot de Vitruve retraEüones graduum n’elt pas fans difficulté,
car s’il a entendu que les tfcaliers des Temples ayent la proportion
de l’Equerre de Pytagore qu’il enfeigne dans'fon neufiéme Livre, le
giron des marches en ce cas ne fera que de douze pouces au moins,
6c douze pouces 6c neuf lignes au plus ; Et ce qu’il appelle retraÈiones
graduum a qui il donne un pied 6c demi pour le moins 6c deux pieds
pour le plus, fe doit prendre pour des marches plus larges que les
autres, que l’on appelle des retraites ou de^'pauie^rà de repos que
l’on mettoit de cinq en cinq ou de fept en lept , 6c que quefois
même de neuf en neuf marches dans les rampes de grande eitendue;
Qui ont affez de rapport à ces retraites que fon voit dans les de-
grez des Théâtres 6c des Amphithéâtres antiques , 6c que Vitruve
appelle Pracincliones , comme qui diroit des Ceintures. Mais fi l’E-
querre de Pitagore n’eft que pour les Efcaliers des maifons particu-
lières , comme Philander la entendu 6c plufieurs autres Interprètes
de Vitruve, il faut prendre le mot retrachones graduum aux Efcaliers
des Temples pour les largeurs, c’efl à dire pour le giron de leurs
marches } Et en ce cas la montée n’aura pas cette facilité que dit
Vitruve, ainfi que l’on verra dans la fuite.

, a-3j 0 , r-ofi3ï£q
f «_ J #», f » y r ‘ f ^ . v y
| Jt s • •
1 • - . \ >c ■
iv v* J 4 0 j ) 3 < ' 1 * C vf(û • ~ ^ Ali
!


CHAPITRE
loading ...

DWork by UB Heidelberg
Universitäts- und Landesbibliothek Darmstadt   |    Imprint   |    Datenschutzerklärung   |    OAI   |    RSS   |    Twitter   |    seo-list