Blondel, François
Cours d''architecture (4-6) — Paris, 1683

Page: 703
Citation link: 
http://tudigit.ulb.tu-darmstadt.de/show/gr-Fol-6-402-2/0415
License: Creative Commons - No rights reserved (CC0)
0.5
1 cm
facsimile
C I N QU IEME PARTIE,

7°3

5 *«35 < W35 ?£*2; e $*$j § çyy j çyjjj ($1*35 çyt£? ft-yjj,
* * * * * * * ^f-****.*******^^*^* *******
****************************£;££
LIVRE QUATRIEME
DES CHA NGEMENS £E>£ L^ HAVTEVR
ou l'eloignement peuvent apporter aux parties
de ï Architecture.

CHAPITRE PREMIER.
Sentiment de Vitruwe.

!


L faut maintenant raifonner fur la cinquième des
Mr ra^f°ns que nous avons cy-devant pofées, qui ont
^ accoutumé d’alterer les mefures ordinaires des parties
du batiment , c’cft a dire fur la différence de leur
hauteur & de leur éloignement. Cette raifon eft tres-
confiderable , fi nous en voulons croire Vitruve , &c
quantité d'autres Architectes, quoy quà y faire une ferieufe refle-
xion , elle doive elfre modérée par le jugement qui nous empêche
de tomber dans les extremes.
Vitruve dit en plufieurs endroits, & particulièrement au fécond
Chapitre du fixiéme Livre, que le plus grand foin d’un Architecte
doit eltre de proportionner les parties de fon batiment, & de pré-
voir ce qu’il doit augmenter ou diminuer à leurs mefures apres les
avoir déterminées luivant les réglés, pour rendre à fon ouvrage la
beauté que la différence des lieux, de l’ufage & de l’apparance pou-
roit avoir altérée ; Et c’cft , dit-il, en cela qu’il doit faire paroître
la force de fon efprit *, Car les chofes nous paroiffent d’une manière
quand elles font prés de nous , & d’une autre quand elles en font
■éloignées ou dans une grande hauteur > d’une manière quand elles
font dans un lieu renfermé , & d’une autre quand elles font dans
des lieux ouverts & libres : Il faut donc beaucoup de jugement ôc
de connoiffance pour pouvoir fe déterminer heureufement fur ce
quil y a à faire dans les rencontres.
Le même Auteur , après avoir rapporté plufieurs exemples pour
faire voir que la vûie nous reprefente fouvent des objets autrement
quils ne font, il conclud en ces termes: Suppofé donc, dit- il, que plu-
fleurs chojes qjwtMes nous paroijjent fieffés, @r que les yeux nous les font
Pppppppp ij

Livre IV.
Chat. L


Vitruye dit que
mefures doivent
dire augmentées
ou diminuées a
proportion de l’alte-
ration qu’elles reçoiw
vent de la différence
des lieux & de l’éloi-
gnement.

Ce qu’il confirme
après avoir rapporté
les tromperies delà
veüe.
loading ...

DWork by UB Heidelberg
Universitäts- und Landesbibliothek Darmstadt   |    Imprint   |    Datenschutzerklärung   |    OAI   |    RSS   |    Twitter   |    seo-list