Blondel, François
Cours d''architecture (4-6) — Paris, 1683

Page: 727
Citation link: 
http://tudigit.ulb.tu-darmstadt.de/show/gr-Fol-6-402-2/0439
License: Creative Commons - No rights reserved (CC0)
0.5
1 cm
facsimile
QU

7*7

if*********************** *******
*******************************
<Æ¥ii J Æ¥î3 CvfSï s©é$) Æ*3i £©*$>§ £t *?a Æftès fàfü &¥ïs opta ÆfSh rt«^ J c£*^
LIVRE C I N Q UIE ME
DE LA PROPORTION DES PARTIES
de l* architecture.


CHAPITRE PREMIER.
Suivant le /intiment de Vitruve.
O U S voicy enfin arrivez à la dernière des raifons
qui changent ordinairement les mefures des bati-
mens , & qui peuvent ,ainfi que nous avons dit, dire
en partie caufe de cette admirable diverfité que nous
avons veüe cy-devant dans les Colonnes & dans les
Ordonnances que l’on met l’une lur l’autre. Sur quoi
il eft bon premièrement de fçavoir quel eft le fentimdht de Vitruve
fur ce fujet , qui rapportant au fécond Chapitre du premier Livre,
l’Euryhtmie , la Symmetrie , & la bien-feance entre les chofes qui
compofent l’Architecture , dit que 1 Eurythmie eft la forme ou l’ai—
peCt agréable &; de bonne grâce d’un Edifice dans la compofition
de fes parties, laquelle naift lorfque fes parties ont un jufte rapport
l’une à l’autre de la hauteur à la largeur , & de la largeur à la on-
gueur,& qu’en un mot tout eft en fymmetrie. La Symmetrie confifte
en l’union & en la conformité du rapport des membres d’un ouvra-
ge à leur tout, & de chacune des parties ieparées à la beauté toute
entière de la mafTe, eu égard à une certaine mefure i En la maniéré
que le corps humain eft fait avec fymmetrie par le rapport que le
bras, le coude, le doigt, & fes autres parties ont entr’cl es & à leur
tout. La bien-feance ou la beauté réglant avec jufte {Te l’afpcCfc d’un
Ouvrage, & le compofant de parties qui luy conviennent, luy don-
nent de la gravité & de la majéfte*
Au premier Chapitre du troifiéme Livre, il dit que la compofi-
tion des Temples dépend de la fymmetrie dont les Architectes doi-
vent eftudier la nature avec beaucoup de foin. Elle naift , dit-il% de
la proportion que les Grecs appellent Analogie, laquelle eft un rap-
port de convenance de toutes les parties dans un Edifice & de leur
tout à une certaine mefure, d’oii dépend la nature de la fymmetrie.
Car un Temple ne fcjauroit avoir aucune beauté dans fa ftruCture
fans fymmetrie & fans proportion, & li les parties ne gardent exa-
Xxxxxxxx ij

L iy r e V*
Chap. I.
' •"!

Les proportions des
parties peuvent châ-
ger les mefures des
batimens.

L’&urythmie.

La Symmetrie.

La bien-feance.

La fymmetrie naiH
delà proporiion du
tout a les parties Sc
des parties entr’cllcs.

Un Temple n'a
point de beauté fi fes
parties ne gardent
loading ...

DWork by UB Heidelberg
Universitäts- und Landesbibliothek Darmstadt   |    Imprint   |    Datenschutzerklärung   |    OAI   |    RSS   |    Twitter   |    seo-list